Festival del cinema nuovo - X Edizione - 19, 20, 21 e 22 Ottobre 2016

SILENCE... ON TOURNE!

CLAP 1: L'HISTORIQUE

En 19, 20, 21, 22 octobre 2016 aura lieu la 10eme édition du Festival du cinéma Nouveau, concours pour courts-métrages, ouvert exclusivement aux films produits dans les foyers pour handicapés (de jour et internats) gérés par les services sanitaires régionaux, des communes, des coopératives sociales, des associations de bénévoles.
Après avoir proposé des expériences théâtrales pendant de nombreuses années, nous nous sommes lancés dans le cinéma dans les années 90.
A la première édition (1997), ont participé les foyers de Lombardie, à la 2eme (2000) ceux de toute l'Italie du nord, à la 3eme édition (2002), notre festival est devenu enfin un concours national. Avec cette 4eme/5eme édition (2004 - 2006) nous voulons nous ouvrir à l'Europe etc..
Une expansion rapide avec tout son bagage d'étonnement, d'émerveillement, d'émotion et d'enthousiasme.

CLAP 2: UN FESTIVAL UNIQUE EN SON GENRE

Nous sommes (agréablement) envahis par des festivals de cinéma sur le thème du handicap. Mais nous pensons que le Festival du Cinéma Nouveau est unique: nouveau pour les sujets protagonistes, pour le but et pour les résultats obtenus.

CLAP 3: LA PHILOSOPHIE

Comme tous les autres, nos jeunes veulent avoir le premier rôle.
Notre expérience et les résultats obtenus par de nombreux foyers nous ont convaincus que faire du cinéma peut favoriser l'intentionnalité psycho-sociale plus profonde de notre travail: le bien-être de nos jeunes (ou tout du mois dans la mesure du possible!)
Ils sont heureux quand ils travaillent à la création du film, et encore plus quand ils se revoient et s'en amusent.
C'est une possibilité ultérieure que la technologie nous offre pour être ensemble, pour s'amuser.

CLAP 4: LE DESSEIN

Nous pensons qu'il est utile de rappeler le caractère particulier de ce que nous proposons.
D'autres (même d'illustres metteurs en scène) ont proposé des films sur le problème du handicap, de façon très profonde et attractive, en produisant une oeuvre de sensibilisation et d'approfondissement digne d'éloges. D'autres nous ont présenté des handicapés dans leur propre rôle d'handicapés, mettant en évidence leurs capacités et l'éventualité de projets futurs pour quelques uns d'entre eux. D'autres nous ont présenté de magnifiques documentaires sur différentes activités expressives et théâtrales.
Tandis que nous, nous ne voulons pas suivre le même parcours, même si nous l'apprécions et l'approuvons.
En reproposant ce festival nous voulons mettre en valeur les expériences cinématographiques que nos jeunes réalisent dans leurs petites communautés. Et dans les rôles les plus variés dans des histoires comiques, romantiques, policières ou d'aventures...: de la vraie fiction!

CLAP 5: LA DEMARCHE

La caméra nous permet de fixer sur le visage des nos jeunes l'instant qui passe, leur expressivité et leur créativité. Il faut être attentif, savoir saisir, interpréter, focaliser. Pour pouvoir ensuite assembler, reconstruire, structurer, pour le récit, mais aussi pour la poésie. Il suffit de catalyser patiemment toutes ces " positivités ", et chacun donnera le meilleur de lui-même dans le grand projet d'ensemble.

CLAP 6: LE STAFF

Nous espérons que de nombreux foyers participeront eux aussi avec leurs courts-métrages, a la 5 eme édition. Pas d'oeuvres de professionnels externes, de préférence, mais des oeuvres qui naissent comme une fleur multicolore des expériences vécues au sein du propre groupe, et dont les racines puisent au plus profond de chaque communauté. Seuls les éducateurs connaissent bien leurs jeunes et savent donc choisir personnages et rôles adaptés pour chacun d'eux.
Dans les courts-métrages de notre festival, nous voulons éviter la présence des soi-disant " normaux ", tout au plus q'ils restent au second plan. Les éducateurs avec des experts en la matière participeront à la création du scénario, à la mise en scène, au montage, a la bonne fusion image-musique. Mai les protagonistes du spectacle ne doivent être qu' "eux".

CLAP 7: LE CASTING

On essaie partout de trouver un terme plus correct pour définir ces personnes en difficulté.
Souvent nous mettons en évidence surtout l'aspect de leurs " capacités " en les comparant à celles des " gens normaux ".
Il serait important, au contraire, de mettre en évidence leurs qualités humaines.
Même les plus graves sont des personnes particulièrement vives, aux qualités humaines souvent extraordinaires, sensibles, authentiques: leurs émotions sont spontanées, vraies.
Les metteurs en scène, les acteurs, les comiques... (ils nous le disent eux-même) doivent conquérir péniblement, grâce à un parcours libératoire, ce qu'au contraire, nos jeunes expriment avec spontanéité.
Nos films, s'il sont bien faits, mettent en évidence cette vitalité des " nôtres ":ils deviennent ainsi ambassadeurs d'eux-même, de leur richesse intérieure.

CLAP 8: LE BUT

Si elle est bien gérée, l'activité cinématographique peut aussi produire ces processus bénéfiques d'estime de soi et de gratification qui peuvent être procurés par toute activité de création.
Il suffit de réussir à canaliser, chez nos jeunes, les nombreuses positivités qui souvent ne sont pas mises en valeur. Eux aussi ont la capacité du risque, de la vitalité, de l'envie d'entrer dans la peau de différents personnages, du goût de rêver. Bref, d'avoir envie de faire du cinéma.
De nos jours, et trop souvent avec présomption, on attribue à chaque activité proposée une valeur de thérapie: hydrothérapie, hippothérapie, chromothérapie, musicothérapie, ludothérapie... nous ne voulons pas tomber nous aussi dans le piège de faire de chaque expérience une thérapie.
Cependant parfois, quand le plaisir de l'expansion créative-émotive de l'éducateur s'adapte et s'intègre au plaisir de l'expansion créative-émotive du jeune handicapé, il en naît un contact " incandescent " et alors peut jaillir l'étincelle de la vraie thérapie, en ce cas de l'art-thérapie.
Évidemment, il y a un réel effet thérapeutique si la positivité se généralise dans des situations et des milieux différents et se prolonge dans le temps. Mais si le fait de faire du cinéma aidait même simplement à rendre les gens heureux et à jouir de la vie dans le moment présent, ça ne serait déjà pas si mal!

CLAP 9: LE PLAISIR DES SPECTATEURS

Jouissons de ces créations, petites oeuvres d'art, en sachant que, peut-être, seul le groupe qui les a produites est en mesure de les apprécier.
Nous sommes conscients qu'un spectacle fait par des handicapés peut risquer de tomber dans le grotesque, ou tout du moins dans l'ambivalence: danger qui est toujours à l'affût.
Nous ne voulons pas faire des " exhibitions " et pas non plus provoquer une " bienveillante complaisance ". nous n'aimerions pas une émotion qui naisse d'une situation où tout est émouvant: " parce qu'ils ne sont pas comme les autres ". Nous ne voulons pas que les gens applaudissent parce qu' " ils se débrouillent quand même très bien " ! Nous voudrions qu'on s'étonne, qu'on s'émerveille, pas pour ce que ces jeunes n'ont pas ou ne savent pas, mais pour ce qu'ils sont et ce qu'ils font.

CLAP 10: LA PROMOTION CULTURELLE

Nous souhaitons que durant les soirées de la 6me édition aussi, du festival du cinéma nouveau et les nombreuses représentations des films du festival, les personnes qui assistent aux projections sortent de la salle le sourire sur le visage et dans le coeur se rendant compte enfin que le handicap n'est pas seulement un problème.
Ainsi le festival du cinéma nouveau exalte le sens de la fête et souligne sa valeur culturelle.

Dott. Romeo Della Bella
Psychologue Directeur du Festival

seguici su facebook